De Pouy à Saint-Vincent-de-Paul

C'est en 1828 sur Ordonnance Royale, que la commune prit le nom de Saint-Vincent-de-Paul, qui y naquit en 1581.

Fils de paysans, gardien de troupeaux durant son enfance, il débutait son instruction, à 12 ans chez les Cordeliers de Toulouse.

Ordonné prêtre, en 1600, il fut capturé en 1605, au cours d'un voyage dans le midi, par les barbaresques et conduit à Tunis où il fut vendu comme esclave.

Après avoir converti son maître, il revint en France avec lui, puis il se rendit à Rome où le Pape et l'ambassadeur de France le chargèrent d'une mission auprès d'Henri IV.

Installé à Paris, il fût aumônier de la reine Marguerite de Navarre, puis successivement curé de Clichy en 1611, précepteur dans la maison de Gondi en 1613, curé de Châtillon-les-Dombes dans l'Ain en 1617.

Revenu dans la famille de Gondi, il fonda l'oeuvre des Dames de Charité et s'intéressa ensuite au sort des galériens.

En 1619, le roi le fit nommer aumônier général des galères. Ainsi officialisé, Monsieur Vincent put étendre son action sur de nombreux bagnes de France.

En 1625, il instituait la congrégation des Prêtres de la Mission, installée sept ans plus tard à Saint Lazard, d'où le nom de " lazaristes" donné à ses membres.

En 1633, il fonda avec Louise de Mérignac, dite Mademoiselle Le Gras, la congrégation des Filles de la Charité, destinée principalement au secours des pauvres malades et des enfants trouvés. Avec leur concours, il fit bâtir en 1653 l'hôpital de la Salpêtrière. Dix ans auparavant, mandé par Louis XIII, il l'assistait dans les derniers jours de sa vie, et, après sa mort, se retrouvait nommé par la reine au "conseil de conscience".

Personnage remarquable, estimé et respecté de tous, Monsieur Vincent s'éteignit en 1660. Il fut béatifié en 1729 et canonisé en 1737. Sa fête est le 27 septembre, jour anniversaire de sa mort.